Impression 3D : Réduire les frontières entre le numérique et le réel

La fabrication additive consiste à empiler des couches de diverses matières afin d’obtenir un objet. Cependant, celle-ci est plus connue sous le nom d’impression tridimensionnelle : l’impression 3D. Née il y a 30 ans, cette technique de fabrication connait une explosion depuis 5 ans. Surtout utilisée pour la confection de prototypes, certaines  industries (aérospatiales, automobiles, bijouteries…) l’utilisent déjà pour obtenir des pièces finales. Daniel Finkelstein, le président fondateur de la firme montréalaise « Consult », explique qu’il suffit d’envoyer un fichier virtuel vers l’imprimante 3D qui va ensuite construire l’objet par addition successive de couches de matériaux.

Dans son discours sur l’état de l’Union de février 2013, Barack Obama a mentionné l’importance de l’impression 3D pour l’innovation et la création d’emplois. De même, le ministère du redressement productif français a annoncé en 2013 son soutien à 14 « fab lab » (« fabrication laboratory » ou « laboratoire de fabrication » utilisant l’impression 3D). Ces derniers permettent de passer plus rapidement de la phase de création du concept à celle du prototypage et donc ultérieurement à la phase de commercialisation. L’impression 3D agit donc comme un véritable catalyseur pour l’innovation et, en tant que tel, représente un enjeu important pour les économies nationales.

Impression 3D-infographique

Ainsi, si Stratasys, entreprise créée en 1989 au Minnesota reste aujourd’hui le leader mondial du marché, l’entreprise française Sculptéo a remporté en janvier 2013 le « Best of CES Innovations Award » du Consumer Electronics Show de Las Vegas pour son application mobile d’impression 3D. Cette firme, créée en 2009, réalise aujourd’hui 40% de son chiffre d’affaires aux Etats-Unis. Elle doit son succès fulgurant à sa capacité à fournir des lots de produits par centaines alors que les entreprises devaient auparavant se contenter de prototypes avant d’avoir atteint la taille critique pour passer à la production de milliers d’exemplaires. Elle permet donc à des PME de croître plus rapidement en réduisant la durée de la phase de prototypage.

Si le monde industriel bénéficie déjà grandement de l’impression 3D, notre quotidien va bientôt être bouleversé par cette révolution. En effet, l’entreprise alimentaire italienne Barilla a récemment annoncé s’être associée avec l’organisation hollandaise TNO pour mettre le futur dans nos assiettes en nous permettant d’imprimer nos pâtes sous différentes formes. Une innovation déjà proposée pour différents aliments par la startup Natural Machines sous le nom de Foodini et qui devrait être lancée à la mi-2014. Bon appétit !

François Dupré 

François DupréFrançois Dupré est stagiaire, Économiste – Recherche Marketing, à Innovation Québec. Monsieur Dupré est étudiant à la Maîtrise à la London School of Economics and Political Science.

Sources :

http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/tech-medias/actu/0203228783978-cinq-innovations-made-in-france-en-vedette-a-las-vegas-641411.php

http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/tech-medias/actu/0203118506860-l-impression-3d-revolution-pour-les-pme-627927.php

http://www.theguardian.com/lifeandstyle/2014/jan/09/3d-printed-pasta-shapes

http://www.stratasys.com/fr

http://www.sculpteo.com/fr/

http://www.01net.com/editorial/611688/l-impression-3d-de-sculpteo-chainon-manquant-entre-prototypage-et-production-de-masse/

http://mashable.com/2013/12/30/foodini-3d-printer/